Moi, Oedipe… (Le Ninèze)

Il en a fait du chemin malgré ses pieds blessés ! Parti de la Grèce antique, après s’être attardé chez Sophocle et Euripide, avoir fait de brèves apparitions dans L’Iliade et L’Odyssée, séduit Aristote, s’être produit chez Corneille, Voltaire, Cocteau et Pasolini, Œdipe (grec ancien Οἰδίπους = Oidipous = pieds enflés) fait son grand retour chez l’éditeur les ateliers henry dougier !

Prière de descendre de son Olympe personnelle !

Sortie le 12 mai 2022, la toute nouvelle collection Autobiographie d’un mythe donne la parole à de grandes figures légendaires. Son originalité : l’emploi systématique du « je ». Un choix éditorial en apparence anodin mais qui, par la magie d’un simple pronom personnel, transforme en de véritables interlocuteurs de grandes figures classiques. Lire Moi, Œdipe, c’est comme discuter -tout en partageant un verre (d’hydromel)- avec le fils de Laïos et Jocaste ! Efficace, malin  et…  intelligent !

Car en 125 petits pages, vous saurez tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur l’ex -roi de Thèbes : récit exhaustif de ses malheurs, examen de son album familial (qui comprend tout de même de célèbres tableaux de Füssli, Moreau, Ingres…), rappel des grandes théories inspirées par son histoire tragique (Freud, Girard, Lévi-Strauss…) sans oublier une mini bibliographie invitant à creuser le sujet.

Scoop antique

Et comme Œdipe ne cesse de se réinventer à travers les siècles -tout à la fois semblable et toujours différent- Alain le Ninèze apporte sa pierre à l’édifice en introduisant dans l’histoire le personnage de Démétrios qui permet de faire littéralement refleurir le mythe (Démétrios vient de Déméter, déesse du printemps, du renouveau et des moissons). Car, en un joli mouvement, Œdipe, grâce à son nouveau don de prescience, révèle à son interlocuteur le danger que court son fils. Arrivé à temps sur le mont Cithéron, Démétrios sauve son enfant sur le lieu même où Œdipe a été exposé (abandonné) bébé.

Pour Œdipe rejeté et voué, à peine né, à la mort par Laïos, le Cithéron a été le premier épisode d’un enchaînement fatal qui l’amènera à tuer son père et à partager le lit de sa mère. Pour le fils de Démétrios, le Cithéron est, au contraire, le révélateur géographique de l’amour qui lui est porté et le symbole d’une renaissance symbolique. Tout se passe comme si Œdipe, au terme de ses épreuves, conjurait la fatalité et sauvait une image phantasmatique de lui-même  : celle d’un jeune garçon aimé, désiré et protégé.

Toute réécriture est révélatrice de son époque. Les Grecs croyaient en la fatalité et désignaient des boucs émissaires. Notre époque moderne croit en la force de l’amour et prend le parti des exclus. Œdipe Lives Matters.

MES EDITIONS

Oedipe Roi – Sophocle – Le Livre de Poche classique (1994) – 137 pages – Traduction : Victor-Henry Debidour

Tragédies complètes – Sophocle – Folio classique (29 mars 2021 ) (premier dépôt légal : mai 1973) – 434 pages – Traduction : Paul Mazon

Elémentaire, mon cher Oedipe

On lit souvent qu’Emile Gaboriau avec son roman L’Affaire Lerouge (1865) est l’inventeur du roman policier. Certains, véritables Sherlock Holmes littéraires, poussent l’enquête encore plus loin et citent pêle-mêle : Balzac (Le Curé du village – 1841 / Une Ténébreuse affaire – 1841), Edgar Allan Poe (Double assassinat dans la rue Morgue – 1841 / La Lettre volée – 1845 / Le Mystère Marie Roget – 1850), Wilkie Collins (La Femme en blanc – 859 / et tous ses autres romans…) ou encore Dostoïevski (Les Frères Karamazov – 1879)… Encore ne faudrait-il pas oublier Sophocle et son Oedipe Roi (antérieur à 425 av. JC) ! Véritable cold case avant l’heure (Oedipe enquête sur le meurtre de Laïos commis avant son arrivée à Thèbes), cette tragédie redoutablement efficace offre un premier rôle complet au fils de Jocaste et Laïos puisqu’il joue tout à la fois l’enquêteur et le coupable… parfaitement innocent ! L’oeuvre est stupéfiante. A lire et à relire !

Moi, Oedipe… – Alain Le Ninèze – ateliers henry dougier (Collection : Autobiographie d’un mythe) – Date d’édition : 12 mai 2022 – 125 pages

atelier henry Dougier

Galerie

Chaudet

Michel-Ange

Texte : Alain Le Ninèze

Brodowski

Ingres

Jalabert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.