Les Mémoires d’un chat (Arikawa)

Choupette, la chatte de feu Karl Lagerfeld, n’a plus qu’à bien se tenir ! Si son livre La vie enchantée d’un chat fashion a remporté un vrai succès, son ouvrage a été détrôné haut la main par Nana et ses Mémoires d’un chat ! Dans la liste des best-sellers rédigés par les animaux, la concurrence est impitoyable.

On a beau dire, quand nos petits félins préférés prennent la plume, ils publient des chefs-d’œuvre de sensibilité, d’humour et d’impertinence. Les Mémoires d’un chat ne fait pas exception à la règle. Ce roman est un livre arc-en-ciel : on sourit, on rit et… l’on pleure beaucoup aussi.

.

A PROPOS DE L’HISTOIRE – Lorsque Satoru découvre un chat errant, confortablement installé sur son monospace, il ne sait pas encore que le futur Nana s’apprête à prendre possession de son sandwich, de son cœur et de son appartement. Ben quoi, j’suis un chat ! Tout est à moi ! Maître et chat cohabitent harmonieusement jusqu’à ce que Satoru, pour un motif mystérieux, se voie dans l’obligation de trouver un nouveau foyer à Nana. Commence alors une série de voyages qui sont autant de raisons de visiter le Japon et de rencontrer d’anciens amis de Satoru, prêts adopter le petit félin. Mais Nana a plus d’un tour dans son sac et est bien décidé à demeurer auprès de son ami préféré !

Quand Miké sera adulte et prête à se débrouiller en toutes circonstances, je partirai sans doute en voyage. Je veux dire… pour cet endroit que je ne vois qu’en rêve.

.

Drôle, tendre et émouvant, Les Mémoires d’un chat est un roman polyphonique surprenant, et à la forme parfaitement maîtrisée. Chaque nouvelle partie est dédiée à un protagoniste différent qui, au gré de ses souvenirs, dessine le portrait d’un Satoru lumineux et solaire.

Passé et présent s’entremêlent et permettent de mieux comprendre le lien unique qui unit Nana et Satoru. Sur l’Ile du Soleil Levant, on dit que les chats à la queue en forme de 7 (Nana en japonais), accrochent les petits bonheurs de la vie… et (semble-t-il) les romans réussis aussi !

Les Mémoires d’un chat – Hiro Arikawa – Première édition française : Actes Sud (7 juin 2017)

Mon édition : Actes Sud/Babel (5 mai 2021)– 325 pages

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Beau texte et belles photos pour parler des Mémoires d’un chat et de nos petits amis. Je suis d’accord avec toi, c’est un livre à la construction originale et très intéressante et un livre très… trop émouvant. Il (elle) est beau (belle) ton (ta) minet(te) ! ?

    • Oui ! Un peu trop émouvant à la fin… Nana parle le même langage que le Renard du « Petit Prince » :
      « Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… »

      Il faut juste remplacer « les champs de blé » de Saint-Exupéry par « les fruits rouges des sorbiers » d’Hiro Arikawa.

      La minette s’appelle Frimousse et je lui porte un amour coupable ! Elle a un caractère épouvantable 🙂

    • Il a été écrit pour toi 😊 ! On retrouve dans ce roman toute la délicatesse et le raffinement des écrivains japonais et le portrait de Nana 🐱est irrésistible. On rit beaucoup, on peut pleurer aussi… la fin du roman est très émouvante.