Pachinko (Min Jin Lee)

Des fruits, du thé, du soleil et un livre : rien de tel pour commencer la journée ! Bon, j’ai triché un peu. Il ne me restait plus que 5 chapitres de Pachinko. 623 pages au petit déj, c’est trop de calories-lettres 😊 en début de matinée.

Bilan. Si Pachinko pèse lourd sur la balance, il m’a laissée un peu sur ma faim. Le sujet a pourtant tout pour être passionnant puisqu’il permet de découvrir, via le biais d’une histoire familiale, qui s’étend sur 4 générations (1910 – 1989), l’histoire de la Corée et le racisme dont les Coréens sont victimes au Japon.

Bémols : les chapitres donnent une curieuse impression de juxtaposition et l’analyse psychologique des personnages demeure sommaire. Le roman est tout de même un énorme succès. Alors, faite-vous plaisir !

.

A PROPOS DE L’HISTOIRE – Sunja, jeune fille naïve et réservée, se laisse séduire par Koh Hansu, homme séduisant, ambigu et richissime. Evidemment, il y a un hic, le prince charmant a un peu oublié qu’il avait une femme au Japon… ! Pas question pour Sunja de devenir son « épouse coréenne ». Notre héroïne enceinte accepte la généreuse offre de mariage d’un pasteur coréen. Le jeune couple part, manu militari, s’installer dans un Japon qui considère les Coréens comme une race voleuse, belliqueuse et sale. Bref ! Les problèmes ne font que commencer.

BONUS – Vite, vite, vite ! Apple TV annonce, en 2022, le lancement d’une série tirée de Pachinko. Il vous reste peu de temps pour parcourir le roman avant la sortie de son adaptation cinématographie. Alors, tous à vos chapitres !

.

D’UN ROMAN L’AUTRE

Dans sa pentalogie Le Poids des secrets, Aki Shimazaki évoque avec pudeur et finesse la difficulté d’être coréen au Japon. Un vrai bijou littéraire que j’ai nettement préféré à Pachinko.

Et vous, avez-vous lu Pachinko et/ou le Poids des secrets ? Qu’en pensez-vous ?

Pachinko – Min Jin Lee – 12 janvier 2020 : Editions Charleston – 622 pages

Le Poids des secrets – Aki Shimazaki – Editions Babel

2 commentaires

  1. Toujours pas lu, mais il est dans ma wishlist tout comme les romans d’Aki Shimazaki. Je les lirai au bord de l’océan, cet été ou à l’automne ou en hiver… enfin, je lirai, au bord de l’océan.

    • Je te comprends. Lorsqu’un livre rejoint ma PAL, je ne sais jamais quand je vais le parcourir… J’ai même souvent l’impression que c’est le livre qui décide du « bon moment ». Pour moi, lire c’est être en harmonie avec le ciel, la saison, l’atmosphère, l’océan…

Répondre à Eléonore BAnnuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *